Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/08/2010

L'enfant surdoué : L'aider à grandir, l'aider à réussir-Jeanne Siaud-Facchin

Présentation de l'éditeur

Les enfants surdoués ne sont pas les petits prodiges que l’on croit. Ce ne sont pas des êtres pour qui tout est plus facile, mais au contraire, des enfants fragiles que leur différence rend plus vulnérable. Enfant surdoué, enfant en danger, pourrait-on presque dire.
Véritable éponge émotionnelle, l’enfant surdoué ne connaît pas l’insouciance qu’on prête habituellement aux jeunes années : il comprend tout, il est « branché » en permanence sur les gens, leurs émotions et le monde qui l’entoure. Son hyperréceptivité le conduit à percevoir plus que les autres les bruits, les odeurs et les informations visuelles qui sont pour lui une source permanence de vigilance. Il lui est plus difficile de construire son identité, car comment pourrait-il s’identifier à ces autres enfants qui ne lui ressemblent pas, à ces parents dont il perçoit toutes les failles, les angoisses, et dont il n’a pas toujours l’impression qu’ils peuvent le protéger. Il connaît, plus que les autres enfants, la peur et l’anxiété.
Pourtant, si les parents et les enseignants savent le comprendre, alors il saura s’épanouir et mettre à profit les immenses richesses de sa personnalité et de ses capacités. Ce livre pratique a pour but de les guider dans le dépistage de la « précocité » .

L'auteur vu par l'éditeur

Jeanne Siaud-Facchin est psychologue clinicienne.

16/04/2010

Notes de lecture " L’enfant surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir.

Note de lecture très critique de Gilles Lemmel, psychologue sur l'ouvrage de Jeanne Siaud-Facchin, " L’enfant surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir."

"""Jeanne Siaud-Facchin parle même de handicap : « L’élève surdoué est pénalisé par le sérieux handicap que lui impose son mode de fonctionnement singulier » (p. 99). N’est-ce pas aller bien vite en besogne ? Elle en décrit quelques manifestations : défaut d’anticipation, pensée en arborescence, intuition mathématique. On se demande un peu d’où elle tire ces différents constats dans la mesure où aucune étude précise n’est mentionnée. Elle donne quelques conseils pour favoriser l’intégration de l’enfant surdoué à l’école : « Reconnaître l’enfant surdoué dans sa singularité et l’accepter pour ce qu’il est constituent un préalable indispensable à son épanouissement et son intégration scolaire. Le reconnaître ne suffit pas à le faire réussir mais le rejeter ou dénier sa différence signe son effondrement scolaire et personnel » (p. 106). Précieuse remarque, mais il est vrai que la réflexion vaut pour tous les enfants."""

cairn.info/revue-journal-francais-de-psychiatrie