Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/06/2011

CONGRÈS VIRTUEL PLURIDISCIPLINAIRE SUR LA PRÉCOCITE ET LE HAUT POTENTIEL

02/11/2010

Enfants surdoués, enfants précoces… Tout savoir sur ces enfants pas comme les autres

source : top bébé auteur top bébé et  Sonia Tabbakh date 1/10/2010

Quel parent ne s’est pas posé un jour la question d’un enfant surdoué, précoce ? Lequel d’entre vous n’a pas consulté internet ou les livres de pédopsychiatres pour tenter de savoir si son petit bout n’avait pas un peu d’avance sur son âge ? D’autant que certains chiffrent parlent aujourd’hui d’un taux d’enfants surdoués qui avoisineraient les 5 %, soit environ 600 000 enfants et adolescents scolarisés. Comment savoir si votre petit se situe dans la norme ou si son QI est plus élevé ? Où se renseigner ? À qui en parler ? Quelles structures pour l’enfant ? Comment l’aider à trouver sa place ? Petits éclaircissements avec Top Bébé et notre psychologue, Sonia Tabbakh....

Lire l'article en entier

top-bebe.com/enfants_surdoues_enfants_precoces

20/07/2010

Portrait de surdoué À 12 ans, Emmanuel le collégien prépare le bac S

Source Midi Libre Auteur Ollivier LE NY Date 27/02/2010

Emmanuel Memmi a déjà deux ans d'avance, élève de 3 e à 12 ans et onze mois, mais lycéen huit heures par semaine, terminale S, spécialité mathématiques. Où ses résultats le rangent dans le tiercé de tête de Georges-Pompidou, aux côtés de jeunes gens cinq ans plus âgés que lui. Pas moins.

Petit génie ? Quelques professeurs de l'établissement se disent « stupéfaits » par son niveau. Personne, à ce jour , affirme Gilbert le père, « n'a été en mesure de sonder ses limites. Je sors d'une grande école, les maths sont ma partie ; mais avec lui, je parle d'égal à égal. » En 6 e , Emmanuel digérait les fractions et équations à deux inconnues du programme de 3 e . Il en est aux probabilités, logarithme népérien et autre congruence, mais sur sa table de travail, dans un hall à l'échelle de la grande maison paternelle de Castelnau-le- Lez, c'est sur des annales de prépa qu'il griffonne.

Lire l'article en entier

28/06/2010

Enfants surdoués en difficulté: le comportement à l'école, première alerte

RENNES - Près des trois quarts des enfants à haut potentiel en difficulté scolaire ont des problèmes de comportement à l'école, selon une étude présentée cette semaine à Rennes dans le cadre d'un colloque consacré aux surdoués.....

Pour les parents, les difficultés perçues chez les enfants à haut potentiel sont des difficultés scolaires comportementales (73%), l'anxiété (76%), les troubles du sommeil (62%), les troubles attentionnels (52%). Les parents observent également des difficultés scolaires d'apprentissage (27%), une hyperactivité (28%), une dépression (24%)......

...Les enfants et adolescents qui viennent en consultation sont à 85% des garçons. Leur âge s'échelonne de 3,7 à 18,4 ans, avec une moyenne de 10,2 ans.

Lire l'intégralité de l'article http://www.romandie.com/infos/news2/100627054043.q5aj1lgb...

Source romandie news ©AFP / 27 juin 2010 07h40

09/05/2010

Quotient intellectuel: Des jeux sans effet

(Source: Radio-Canada avec Associated Press Date 21 04 2010)

""Les personnes qui jouent à des jeux en ligne créés pour améliorer les habiletés intellectuelles ne deviennent pas plus intelligentes, montrent des chercheurs britanniques.
..... Pour le prouver, des chercheurs britanniques ont demandé à 8600 personnes de jouer à des jeux en ligne conçus pour améliorer la mémoire, la capacité de raisonnement et d'autres habiletés. ...Leurs résultats ont ensuite été comparés à ceux de plus de 2700 personnes qui avaient passé du temps à naviguer sur Internet et à répondre à des questions d'intérêt général.

... Les chercheurs ont constaté que les gens qui s'étaient entraîné le cerveau n'ont pas obtenu de meilleurs résultats que les autres qui avaient simplement navigué en ligne. Pire : ceux qui avaient seulement navigué sur Internet ont eu de meilleurs résultats qu'eux dans certaines parties du test....Les résultats complets sont publiés dans le journal Nature."""

 

Lire l'article en entier nouvelles.sympatico.ca

15/12/2009

les surdoués passent le bac et après?

http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=AR...

....Fleuron de la recherche et de l'enseignement, l'ENS a pourtant l'habitude des jeunes hors normes. Parmi ses lauréats 2008, treize ont tout juste 18 ans à l'entrée. En 2007, deux ont même intégré à 17 ans. Un en mathématiques, un en physique. A Polytechnique, sa challenger dans la tête des forts en maths, on n'entre pas si l'on n'a pas 17 ans accomplis au 1er septembre de l'année du concours. "C'est statutaire, précise Gérard Fontaine, le directeur du concours. Chaque année, entre 1,5 % et 2,5 % de nos candidats ont deux années d'avance et 7 % une année. Jamais plus."

Présidente de l'Association française des enfants précoces (AFEP), Vlinka Antelme penche plutôt pour l'année à l'étranger. Comme Gérard Fontaine. Un moyen de permettre à ces jeunes de s'autonomiser en améliorant leur pratique d'une langue vivante. Certains préfèrent pourtant rester ici et "passent trois ou quatre ans dans des prépas en attendant de présenter Polytechnique", rappelle Mme Antelme.

Parce que l'université n'offre pas toujours le cadre dont ont besoin ces étudiants hors normes, elle la leur déconseille. "Ceux qui sont attirés par la médecine y vont mais s'y sentent souvent perdus et y souffrent plus que des élèves moyens du manque d'encadrement", rappelle Ariel Adda, une psychologue qui suit de nombreux forts potentiels. "On en retrouve certains sans diplôme après avoir tenté deux fois le concours de fin de première année. Souvent ils ont traversé les années lycée avec trop d'aisance pour apprendre à travailler et, là, ils se retrouvent perdus. Ils arrivent en consultation en grande détresse. Leur souffrance est très forte parce que leur intelligence les rend ultralucides sur leur situation." Un rapport à eux-mêmes, aux autres et au monde qui ne leur laisse aucun répit. Même plus tard, une fois passée l'adolescence.

"L'adolescent surdoué a du mal à réduire le champ des possibles et ne peut s'empêcher de remettre tout en jeu. D'où sa difficulté à choisir une orientation", analyse la clinicienne. Paule Heyberger se souvient du parcours de son fils, bachelier à 14 ans. "Après quatre années à patienter en classe préparatoire, il est reçu à l'ENS et aux Arts et Métiers. Il choisit la seconde voie, sort ingénieur à 21 ans mais a alors envie de repasser l'ENS, où il est à nouveau reçu." A 24 ans, il travaille aujourd'hui dans un laboratoire de recherche.....

Tous les surdoués ne connaissent pas ces tourments, certes, mais le bonheur n'est pas non plus proportionnel au quotient intellectuel.
Source LE MONDE | 17.06.09 | 14h32 • Mis à jour le 17.06.09 auteur Maryline Baumard

07/12/2009

Dans la tête des surdoués

Ils se sentent différents, se disent très sensibles et veulent comprendre chaque chose, comme si c'était vital. Leur esprit grandit vite mais ils restent des enfants. Comment ces enfants intellectuellement précoces voient-ils la vie, le vaste monde, et même l'avenir de l'humanité ?
Une émission "les pieds sur terre" de Radio France
Un reportage d'Elise Andrieu de 35 minutes
Réalisation : Emmanuel Geoffroy

L'écouter en cliquant sur le haut parleur

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emiss...

29/11/2009

Surdouée au féminin

Doris perrodin est une ex enseignante à l’école primaire. Cette suisse a souhaité concentrer son attention sur les élèves à haut potentiel intellectuel.

Elle a obtenu son titre de "Spécialiste de l’éducation des enfants et des adolescents à haut potentiel dipl. ECHA" en septembre 2005. Sur son site elle recence de nombreux articles sur la précocité au féminin (actionner l'ascenseur sur le côté ) http://www.doris-perrodin.ch/fr_main.php?page=fr_publicat...

Vous pouvez lire également http://levif.rnews.be/sciences-et-sante/72-64-30765/surdo...

12/11/2009

dur d'être précoce

Source la marocaine.com Friday, 09 October 2009 08:50

""" Il existe une confusion entre des termes de sens voisins qui désignent des individus différents: précoce, doué, surdoué, haut potentiel, prodige, virtuose, génie....un "eip" est en enfant dont le développement est en avance sur les autres enfants du même âge. Cependant, nous savons maintenant que cela ne garantit en rien qu'il devienne un surdoué, même s'il conserve son potentiel plus tard.

Pour que les parents accompagnent leur enfant pour surmonter les difficultés et faire de cette précocité un réel avantage, Il faut tout d'abord garder au quotidien un temps de qualité avec l'enfant..... Il est à noter également que les enfants différents, précoces, ou simplement très matures sont souvent pointés du doigt. ... la façon de vivre la précocité va dépendre en grande partie de la façon dont ses parents et son entourage la vivent. Si ses parents la vivent et l'acceptent comme quelque chose de "normal", quelque chose qui n'a pas à être critiqué ou dont on a à se méfier, l'enfant sera à l'aise dans son monde. Si par contre le parent considère que cette intelligence rend impossibles les relations avec les autres de son âge, l'enfant va s'enfermer et se plier sur soi.

Concernant l'avenir des enfants précoces en grandissant, la psychologue a affirmé que l'intelligence n'est pas le seul garant de la réussite. Il y a des composantes qui sont fondamentales pour réussir, ce sont des aptitudes émotionnelles, une intelligence émotionnelle et plus particulièrement une intelligence sociale ..... C'est à dire pour avoir le sentiment de s'épanouir et de trouver sa place dans ce monde, les parents sont les premiers alliés de l'enfant, pour l'aider au quotidien et l'accompagner, sans le pousser à réussir à tout prix. Car il ne faut absolument pas oublier, l'essentiel n'est pas qu'il devienne un petit génie, mais qu'il grandisse heureux et épanoui.

Enfants précoces… enfants sensibles

.... Cela suppose de la part de l'école une capacité à l'équité et non plus à l'égalité et une prise en compte de parcours individuels différents. Par ailleurs, le rôle des enseignants est très décisif afin de porter secours à des enfants, certes intelligents et en avance par rapport aux autres, mais en mal d'être parfois, et qui peuvent sombrer facilement dans l'échec....

L'intégralité de l'article en suivant ce lien

http://www.lamarocaine.com/index.php?option=com_content&a...

 

 

14/07/2009

surdoues---les-filles-aussi

http://www.levif.be/actualite/sciences-et-decouvertes/72-...

E

lles se donnent souvent beaucoup de mal pour se faire plus bêtes qu'elles ne sont. Même parmi les hauts potentiels, les filles ne sont pas logées à la même enseigne que les garçons. Moins valorisées, elles adoptent un profil plus timoré que leurs pairs.


Source levif.be
Date 16/03/2009
Auteur Soraya Ghali

04/05/2009

Comment détecter et soutenir un enfant surdoué ou intellectuellement précoce ?

"Selon la définition officielle, un enfant surdoué est un enfant qui possède des capacités intellectuelles nettement supérieures à la moyenne de celles des autres enfants de son âge. A priori, c’est plutôt une bonne nouvelle. Dans les faits, pas toujours évident de détecter et surtout de soutenir ces enfants. Les explications de Jean-Charles Terrassier, psychologue."

http://www.restonsenforme.com/20090504/enfant-surdoue-pre...

Source restonsenforme.com Date 04052009 Propos recueillis par Méréva Balin

20/03/2009

enquête nationale-sur-les-tests-de-qi

http://education.annuairecommuniques.com/2009/03/enquete-...

La brochure "Faut-il faire tester son enfant ?" regroupe les témoignages de parents, d'enseignants, de psychologues et de professionnels de l'enfance.

Mme Vlinka ANTELME, déclare : « Cette brochure vise à répondre aux nombreux appels de parents surpris et parfois choqués par certains reportages télévisés ou de la presse écrite au sujet des tests de QI. Les résultats sont d'une exceptionnelle richesse ».

Cette brochure offre une étude statistique des réponses classées et présente une synthèse pour chaque question posée. Les observations, les conseils, les remarques sont et seront utiles à tous. Ils se complètent et se recoupent harmonieusement. Certaines personnes ont réagi vivement et l'on peut deviner, à travers leurs propos, qu'ils sont en proie, au quotidien, à de vives inquiétudes. D'autres ont pris du recul et analysent leur vécu en termes de joie, de bonheur, de déception ou de regret.

Mais tous, presque sans exception, ont cherché à transmettre le plus sincèrement possible des idées et des pistes de réflexion qu'il faut savoir entendre au travers de leurs propres histoires pour se forger une opinion personnelle enrichie des multiples expériences décrites. Cette enquête est une aide précieuse dans l'orientation des choix éducatifs et pour permettre de les adapter au mieux à son enfant.


Auteur Esther KAGAN
Date 19/03/2009
Source Categorynet.com

17/01/2009

La difficile intégration des enfants précoces (20/11/2008)

http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index...
Handicapé ou d'une autre culture, l'enfant “ différent ” modifie la cellule
familiale. A La Crèche, les parents d'une adolescente surdouée témoignent.


J 'aurais préféré avoir une enfant “ normale ”. L'aveu tombe sans pondération. C'est celui de Raphaëlle, mère de trois filles dont une diagnostiquée il y a trois ans, comme étant « précoce intellectuellement ». Avec un quotient intellectuel supérieur à la moyenne, on imagine volontiers Justine en futur petit génie. Pourtant, à 16 ans, l'adolescente cumule quatre renvois d'établissements dont un le lycée spécialisé Saint-Joseph, à Bressuire. Bien loin du cliché du surdoué à qui tout réussit. Après un redoublement et un passage en Maison familiale rurale, Justine a choisi de reprendre aujourd'hui un cursus général, en seconde, à Niort « pour voir où elle en est par rapport aux autres ».

Eviter le gâchis

Sa mère n'a pas approuvé son choix, lasse d'être contactée toutes les semaines par les écoles pour s'entendre dire que sa fille était insupportable. « J'ai même souhaité qu'elle parte à l'armée ! En classe, elle peut avoir un comportement négatif envers elle et ses professeurs. Il est question de conflits, de rébellions et de mauvaises notes. »
Le père de famille a mis du temps à accepter la précocité intellectuelle de sa fille, la voyant plus souvent plongée dans les BD que dans les manuels. « Pour moi, précoce ça signifiait première de la classe tout le temps… Tout le contraire de Justine. C'est rageant de savoir qu'il y a du potentiel qui ne s'exprime pas. Mais comment éviter le gâchis ? ».
Les parents nourrissent de la colère envers le manque de formation des enseignants n'ayant pas décelé l'origine des problèmes rencontrés par leur fille. Un cercle vicieux pour Justine qui n'arrive pas à s'épanouir dans l'enceinte scolaire. Preuve en est : Justine suit parfaitement les exercices de son professeur de mathématiques à domicile mais échoue lors des examens en classe.
Poussés par une psychologue, les parents ont assisté à un colloque à Châteauroux où ils ont fait la rencontre d'autres parents niortais dans le même cas. Ce qui leur a apporté un peu de sérénité dans leur foyer. « Elle reste une enfant surprenante. Elle peut réussir ses examens en révisant une seule nuit. Elle est douée pour travailler dans l'urgence mais elle fonctionne beaucoup à l'affectif », analyse Raphaëlle, avant de rajouter : « la précocité, c'est comme un handicap quand il n'est pas exploité. Mais une fois connu cela peut être un don de la nature. »

M.G

Le parcours scolaire parfois chaotique des enfants surdoués

http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=AR...
Article publié le 02 Juillet 2008
Par Martine Laronche
Source : LE MONDE

Extrait :

Seuls 80 collèges organisent une prise en charge particulière des élèves « précoces ». Un tiers des enfants dits « surdoués », « précoces », ou encore « à haut potentiel » connaîtraient de graves difficultés scolaires. Comment s'explique ce paradoxe ? « L'enfant surdoué possède une intelligence qualitativement différente, explique Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne. Il active de façon privilégiée son cerveau droit, alors que les compétences du cerveau gauche sont plus en phase avec les apprentissages scolaires.

Votre enfant est-il surdoué?

http://www.parismatch.com/parismatch/Match-guide/Match-Ar...

Votre enfant est-il surdoué ?

Certains petits naissent avec une intelligence hors du commun. Passer à côté de ce « don », c’est prendre le risque de transformer cet atout en handicap. Voici quelques signes qui doivent vous alerter, avant une étude plus approfondie.


Source: parismatch
Date : 05 Décembre 2008 - 13:47
Auteur : Anne-Cécile Beaudoin

N’allez surtout pas dire à Eléonore, 3 ans, que la baleine est un poisson. « C’est un mammifère », rétorquera-t-elle, du tac au tac. La petite fille fait partie des 2 % de la population qui ont un quotient intellectuel supérieur à 130. « L’acquisition du langage avec un vocabulaire très riche et une syntaxe irréprochable dès 2 ans, 2 ans et demi est un indice important, souligne Monique de Kermadec*, psychologue-psychanalyste, spécialiste des enfants et des adultes surdoués. Mais on peut déceler la précocité bien avant : chez un bébé, la bonne perception, l’éveil et une évolution satisfaisante dans l’espace sont également des signes à prendre en compte. » Plus tard, vers 4 ans, l’enfant apprend à lire tout seul.

Autre aptitude qui le démarque :
« Sa capacité à gérer l’information, à établir des liens pertinents », indique la psychologue. Et elle cite cet exemple : un petit entend parler à la radio d’un tremblement de terre en Turquie et s’interroge sur les conséquences qu’un tel événement produirait en France. Curieux de tout, il se pose souvent des questions, dont beaucoup concernent des problèmes existentiels : l’origine de la vie, la mort, l’univers... Souvent, il est hypersensible et possède un sens de l’humour particulier. Citons également son attirance pour les enfants plus grands et les adultes, sa capacité d’adaptation et ses qualités de leader. « Non découverte, la précocité peut entraîner des risques de déstabilisation », prévient Monique de Kermadec. Elle ex­plique : « Comme ils comprennent vite, les enfants surdoués n’ont pas le sens de l’effort, ni de la méthode. Ils ont l’habitude de sauter des étapes de la pensée. Or, au collège, lors d’un devoir de rédaction, par exemple, on demande à l’enfant de rédiger les étapes de sa pensée. La magie d’avant ne fonctionne plus. Certains peuvent alors se sentir en décalage. Cela peut déboucher sur l’échec. »

En cas de doute, il faut en parler avec son pédiatre ou son généraliste. Le médecin orientera les parents vers un psychologue clinicien qui réalisera un test de QI dès 2 ans et demi. Durant une heure environ, l’enfant est soumis à différentes épreuves dans des domaines variés : vocabulaire, raisonnement mathématique, mémoire auditive et visuelle... Et après ? Ne pas hésiter à en parler avec ses enseignants. L’enfant sautera peut-être une classe, mais ce n’est pas une obligation. Veillez, en tout cas, à ce qu’il soit dans un établissement scolaire de bon niveau. « Il faut aider son enfant au quotidien sans le pousser à réussir à tout prix, conclut Monique de Kermadec. La précocité ne se limite pas à des talents liés aux études. L’essentiel n’est pas que l’enfant devienne un petit génie, mais qu’il grandisse heureux et épanoui. »

* Monique de Kermadec a dédié un site aux enfants précoces et à leurs parents : http://parents-as-allies.com/monique. A lire : « Le livre de l’enfant doué », d’Arielle Adda, éd. Solar.