Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/02/2014

Le problème de Nath de Gérald Tenenbaum

Voici l'histoire qui apporte un superbe démenti à ceux qui croient encore que "pour les maths, il faut être doué....""

Description de l'ouvrage 18 octobre 2007 Charivari

«Nath et maths, comme vous voyez, ça fait deux !», Nath, 13 ans, subit l'ironie de son professeur et les moqueries de ses camarades à quelques semaines de tests décisifs pour son avenir. Découragé mais révolté, Nath trouve refuge auprès de Serge, un vieil ami de la famille. Ensemble, ils vivront des aventures inouïes où, entre la vie et la mort, les mathématiques se révéleront un passage obligé. Nath découvrira alors de quoi il est capable...

GERALD TENENBAUM est mathématicien et écrivain ; ancien élève de l'Ecole Polytechnique, il est professeur de classe exceptionnelle à l'Université Henri Poincaré Nancy 1. Engagé dans la vie associative comme dans la recherche mathématique, il vit passionnément son aventure littéraire.

E Extrait

La sphère éventrée 

«Nath et maths, comme vous voyez, ça fait deux !» Adossée au mur, au fond de la salle de classe, Mme Maillert est visiblement très satisfaite de son petit effet. Hilares, les élèves en profitent pour chahuter.
Deux filles, au troisième rang, ont déjà replié leur ordinateur de travail en tissu biosynthétique, l'un en peau de léopard, ronronnant sourdement à la demande, l'autre en forme de kilt écossais savamment plissé, susceptible de couiner La ballade des McIntosh à tout moment. Les filles sont décidément trop bizarres.
Les sourires s'affichent et l'agitation enfle.
Nath, en revanche, cloué sur l'estrade tel un papillon sur une planche, a dans la gorge comme une grosse bouchée de pain qui refuse de passer. Il est là, impuissant, devant le grand écran tactile translucide, alors que le logiciel affiche, rebondissant dans l'air sur un ressort imaginaire, un énorme point d'interrogation rouge qui semble, lui aussi, participer à la moquerie générale.
Mais il ne va pas, à treize ans et demi, se mettre à pleurer devant tout le monde. Son oncle Ethan n'a-t-il pas dit un jour : «Pourquoi chigner quand on peut rechigner ?»
Oui, sans geindre, se rebeller, mais comment ?

Ethan avait une grosse moustache broussailleuse et des cheveux bruns frisés. Il souriait souvent et, comme Nath, il buvait beaucoup d'eau. De grandes rasades à pleine gorge, avec le bruit de l'eau qui entre dans la gorge. De toute la famille, enfin de tous les grands de la famille, Ethan était son préféré. Il avait toujours un mot pour Nath, même moqueur - Tiens, Nath, va donc me chercher cinq kilos de pommes de terre dans ta casquette ! Ensuite, il l'attirait à lui, par le bras, par la main, par la cuisse, jamais par la manche, et lui faisait un énorme kish sonore sur la joue, un de ceux qui mouillent, qui laissent une trace à essuyer discrètement après du plat de la paume, mais qui rassurent. Nath, un jour, a vu Ethan pleurer. Pas le premier adulte, mais le premier homme. Il ne savait pas, avant, qu'un homme aussi pouvait pleurer. Il n'avait d'ailleurs pas compris tout de suite, en entendant la voix d'Ethan s'enrayer. Puis les sanglots étaient venus, en secousse, en rafales, et tous, dans la pièce, étaient restés interdits.
C'était il y a cinq ou six ans déjà, en 2031 ou 2032, pendant la troisième guerre d'Afghanistan.
Ethan avait été mobilisé. On ne pouvait pas lui parler en visio, parce que les communications via l'internet mobile étaient interdites pendant les opérations, mais on avait des nouvelles régulières par le réseau fixe. Cela dit, on s'inquiétait quand même, surtout Sylvie, la grand-mère de Nath et maman d'Ethan, qu'on appelait Bouba, et qui ne disait rien, mais qu'on voyait pâlir parfois, comme ça, pour rien.
S'inquiéter pour rien, avait-elle dit un jour, ça n'a jamais fait arriver les catastrophes. Puis, elle avait souri. Puis, elle avait soupiré. Et l'on avait compris qu'au fond, quand elle s'inquiétait pour rien, même elle, elle n'était pas sûre que c'était pour rien.
Un jour de printemps, Ethan est rentré. À l'improviste, en permission. Toute la famille s'est réunie alors pour entendre le soldat raconter. Nath était trop petit pour comprendre, il jouait avec les motifs du tapis persan, mais il a toujours gardé ce souvenir-là, autour de la table familiale, quand la voix s'est brisée.

R  Revue de presse

Sujet : Le cours de Math de Madame Maillert est une torture pour Nath incapable de trouver la solution au problème posé. Seul le souvenir de son oncle Ethan l'aide à ne pas pleurer face aux remarques de son professeur et aux moqueries de ses camarades. Cet oncle prématurément disparu n'a d'ailleurs pas fini de l'aider. Quand Mia, la mère de Nath, sombre dans un coma mystérieux, c'est dans le journal d'Ethan que le jeune garçon va puiser l'énergie et la volonté de braver les interdits de l'hôpital et de chercher la solution qui pourra la sauver. Aidé par un ami de la famille et quelques uns de ses camarades, il devra faire des calculs qui se révèleront vitaux...

Commentaire : Situé en 2037, le récit ne cesse de surprendre. Aux interrogations suscitées par les premiers chapitres face à la découverte de ce monde où les ordinateurs occupent une place prépondérante dans la gestion du quotidien, succède l'envie de soutenir le jeune héros dans sa volonté de penser par lui-même et de ne pas confier la vie de sa mère aux ordinateurs. Bien sûr, tous ceux pour qui les maths sont du chinois n'auront pas le journal empreint de sages réflexions d'un oncle pour les aider ni une situation aussi dramatique pour les motiver ! Néanmoins la lecture de ce roman original au style agréable leur offre un regard différent sur cette matière. En fin d'ouvrage un test permet de déterminer comment se positionne le lecteur face aux mathématiques.

Âge : Dès 12 ans -- www.choisirunlivre.com

09:34 Publié dans Livre | Lien permanent | Tags : maths, livre, livre dès 12 ans | |

Vidéos:comprendre ce que sont ou ne sont pas les enfants à haut potentiel.

Dans le cadre d’une journée de formation au lycée François-Truffaut de Bondouflelien externe, Dimitri Afgoustidis, formateur à l'I.N.S.H.E.A., a posé les éléments pour comprendre ce que sont ou ne sont pas les enfants à haut potentiel.

Présentation générale Introduction de Dimitri Afgoustidis
Quels termes utiliser pour désigner les enfants ?
Le diagnostic : quels outils d'identification ?
Problématique de l'identification
Différence entre potentialité et performance
Modes d'identification et déficience intellectuelle
Analyse sur le plan cognitif
Fonctionnement cognitif : les types de raisonnement
Les traits affectifs, les identifications
Les aspects pédagogiques
Conclusions et perspectives

Citations :

Dimitri Afgoustidis " caractéristique de ne pas être là où on les attend(surtout pour les ados)" "Celui qui peut le plus, très souvent ne peut pas le moins. Exemple: combien de pattes y a t-il dans un troupeau? La jeune zèbre ne peut répondre La maîtresse n'avait pas précisé qu'aucun mouton n'était handicapé Ce n'était pas précisé dans la consigne que le troupeau était "standard". Je vous recommande aussi l' exemple avec pi qui est irrationnel pour la jeune zèbre ce qui l'empêche de calculer du fait d'un problème épistémologique du nombre Pi" (voir 5.2. Modes d'identification et déficience intellectuelle) L'eip est "guetté par le hors sujet, le midi à 14h..."

Un jeune "les précoces sont des galériens" (c'est loin de l'image d'élitisme)

Voir ces vidéos : ac-versailles.conference-enfants-a-haut-potentiel

04/02/2014

L'Assassin des échecs et autres fictions mathématiques [Poche] Benoît Rittaud

Mais pourquoi le coupable s'acharne-t-il à accumuler les preuves contre lui ? Plus que n'importe quel autre élément du dossier, cette attitude inédite fait pressentir au commissaire que, au-delà de ce qu'il a bien voulu avouer, le Grand Maître des échecs cache un secret plus lourd encore. Mais il est loin d'imaginer que les mathématiques lui permettront de le confondre... Où l'on découvre, en compagnie d'un limier novice aux échecs, d'un célèbre savant grec, d'un retraité aimant guincher, d'un jeune de banlieue fan de jeux vidéo... que la réalité quotidienne est bien plus mathématique qu'on ne le croit. Et pas moins palpitante ! De péripéties géométriques en rebondissements numériques, d'intrigues probabilistes en paradoxes logiques, embarquez pour une contrée enchanteresse. Pour que le récit garde son mordant, les subtilités mathématiques sont décryptées après chaque nouvelle pour qui veut en savoir plus.

03/02/2014

A quoi ça sert les maths? de Robin Jamet

C’est bien connu, les maths c’est difficile, ça ne sert à rien et savoir compter suffit pour se débrouiller dans la vie. Ah bon ? Savez-vous que sans les maths, le monde qui nous entoure serait méconnaissable. Un exemple ? Le code secret qui envahit notre quotidien (cartes bancaires, etc.) a vu le jour grâce aux mathématiciens.
Voici un petit livre, simple, facile à lire et plein d’humour pour battre en brèche les idées reçues sur les mathématiques, stimuler la curiosité et donner l’envie d’en savoir plus.

Robin Jamet est journaliste scientifique, collaborateur de la revue Science et Vie Junior

Sept chapitres :
1) Quelques mauvaises raisons de penser que les mathématiques ne servent à rien ( faire des calculs, ça ne sert à rien maintenant qu’on a des calculatrices…).
2) Les maths au quotidien ( le loto et les probabilités  ; les ponts de Königsberg et les graphes ; de multiples applications ; une école pour apprendre à réfléchir).
3) Les mathématiques racontées par … des mathématiciens ( Gérard Tenenbaum, Jean- Paul Allouche, Cédric Villani (Médaillé Fields 2010), Virginie Bonnaillie-Noël).
4) Les mathématiques racontées par … des enseignants .
5) Les grandes énigmes des mathématiques (conjectures de Goldbach, problèmes du millénaire, …).
6) Alors les maths, ça ne sert à rien ? (un Tribunal des Matières Qui n’ont pas Toujours la Cote au Collège, où l’utilité des mathématiques est rejetée par le procureur, mais défendue becs et ongles par l’avocate devant la juge impartiale). 

7) Des clés pour les maths (Métiers offerts, Sites internet, Livres et revues).

Un petit livre riche et varié  cycle 3

02/02/2014

L'école ça sert à quoi ? de Sophie Bellier

Quel parent d'enfant e i p ne s'est pas trouvé face à cette problématique? Voici un album (platifié) très intéressant et attachant! Il permet avec plaisir de discuter de ce qui se fait et de ce qui ne se fait pas à l école. On évoque également le sens de l école: Torino va se mettre enfin dans une attitude d élève car il a compris qu'à l'école, au fil des activités, il devient un grand, capable de faire de belles choses tout seul.

à partir de la moyenne section de maternelle